Pseudarthrose du scaphoïde

 

 

Complication classique de la fracture du scaphoïde méconnue ou négligée, son retentissement fonctionnel est parfois important, après une période de bonne tolérance souvent longue. Le traitement chirurgical a pour objectif de restituer la continuité et la forme du scaphoïde, et ainsi limiter le risque d'arthrose secondaire.

 

  Télécharger le PDF

Définition

Le scaphoïde est un des os du poignet, situé entre l’avant-bras et la main, sur le bord externe, à la base du pouce. Il permet au poignet d’adapter sa forme aux mouvements de la main. Cet os est particulièrement important, et fortement sollicité dans les mouvements de force. La fracture du scaphoïde est la plus fréquente des fractures des os du poignet. En raison d’une situation et d’une vascularisation particulière, il a une tendance à consolider difficilement. Passé le délai de 6 mois, une fracture qui n’a pas consolidé est appelée « pseudarthrose ». Certains facteurs aggravent le risque de pseudarthrose, comme l'intoxication tabagique, l'absence de stabilisation après une fracture, les contraintes excessives malgré une stabilisation suffisante, les maladies atteignant l'os.

 

Mécanisme de la fracture du scaphoïde
 

Signes et symptômes

La pseudarthrose du scaphoïde peut passer inaperçue pendant plusieurs mois ou plusieurs années. Ce n’est qu’après un nouveau traumatisme, souvent bénin, que la pseudarthrose devient douloureuse. Les douleurs prédominent sur le versant externe du poignet et à la base du pouce. L’extension du poignet et les mouvements en appui sont douloureux. Le poignet peut gonfler épisodiquement. Avec les mois et les années, le poignet perd progressivement en force et en amplitudes articulaires. Les douleurs se majorent et deviennent handicapantes. C’est l’apparition de l’arthrose (usure du cartilage) qui marque le terme de l’évolution de cette pathologie.

 

Diagnostic

L’examen du poignet permet d’évoquer le diagnostic, sur les douleurs externes du poignet, la perte de mobilité et de force. Le bilan radiologique comprend généralement des clichés radiographiques du poignet de face et de profil. Le scanner permet une étude précise de la pseudarthrose et de la déformation du scaphoïde, alors que l’IRM permet d’évaluer la vascularisation de l’os, qui est parfois altérée par la fracture. L’arthroscanner permet, en plus de l’étude de l’os, d’évaluer la qualité des surfaces articulaires et des ligaments. En effet, c’est l’absence de lésion cartilagineuse qui autorise un geste chirurgical de réparation, alors qu’en cas d’arthrose, un geste « palliatif » doit être discuté.

 

Bilan de la pseudarthrose et des déformations
 

Traitement

Le principe du traitement est de retirer la zone de pseudarthrose, puis d’apporter de l’os de bonne qualité prélevé au niveau du radius ou du bassin (crête iliaque). Le chirurgien peut également corriger la déformation de l’os, pour lui redonner une forme normale. L’os est stabilisé par du matériel, broches ou vis, qui sera éventuellement retiré une fois l’os consolidé.

 


Technique de la greffe osseuse intercalée, avec broches
 

Résultat de la greffe osseuse
 

Quelles sont les suites ?

Le délai de consolidation est d’environ 3 mois, avec des variations possibles en fonctions du type et de l’ancienneté de la pseudarthrose, de l’âge du patient et d’autres éléments. La réussite de l’opération n’est pas constante, et un échec reste possible, malgré tout le soin apporté à la réalisation du geste chirurgical. Une reprise chirurgicale ou un traitement complémentaire peut être nécessaire. L’infection du site opératoire est rare, mais impose un nettoyage chirurgical. L’enraidissement du poignet et des doigts est une complication possible, qui sera traitée par la rééducation et un appareillage. Quand la greffe osseuse est consolidée, le matériel est éventuellement retiré, puis le poignet est mobilisé par le kinésithérapeute, jusqu’à récupération des amplitudes articulaires. Un suivi radiologique est nécessaire pendant plusieurs mois.

 

 

Votre chirurgien de la main est disponible pour répondre à vos questions, et choisir avec vous le meilleur traitement adapté à votre cas.

 

 

<< Retourner à la page précédente